Entre Google et Amazon, les enjeux des new gtld.

Les nouvelles extensions génériques (ou new gtld), ont occupé beaucoup de nos actualités ces dernières semaines. Ces extensions qui seront mises en place à partir de 2013 s’annoncent comme une importante révolution du web.

Pourtant, passé l’exaltation, vient le temps des interrogations. Qu’est-ce que ces nouvelles extensions vont changer concrètement dans notre vie et dans notre manière d’utiliser internet ?

Comme nous l’avions indiqué précédemment, sur les 1930 candidatures, il y en a 751 qui se disputent 230 extensions.

Trois postulants aux new gtld

Les extensions les plus demandées sont .APP qui fait l’objet de 13 candidatures, .HOME avec 11 candidatures et .INC pour 11 candidatures.
Parmi les sociétés qui ont fait beaucoup de demande, on retrouve : Donuts Inc., Google et Amazon.

Afin d’être acceptées par l’ICANN, les nouvelles extensions génériques ne devront pas :
  • Créer la confusion avec des extensions déjà existantes
  • Porter atteinte à un droit
  • Porter atteinte à l’intérêt général
  • Recevoir l’opposition d’une partie substantielle de la communauté.

C’est la protection de l’intérêt général qui pose le plus de question. En effet, ces grandes compagnies se proposent de créer un espace privé avec des termes qui jusque-là appartenait à l’ensemble des internautes.

Ainsi, Google, le moteur de recherche le plus populaire, véritable force de frappe du web pouvait se voir confier le contrôle d’expression aussi générique que le .APP pour application ou le .BLOG.

Les candidatures de Google aux new gtld

Les candidatures de google

Les mêmes interrogations se posent pour Amazon qui se porte candidat pour le .BOOK ou le .AUTHOR. Dans son dossier de candidature, la firme américaine a indiqué que ces extensions ne pourront servir qu’aux activités de la firme et de ses filiales. Elle serait alors en position de monopole sur ces extensions.

Les candidatures d’Amazon aux new gtld

Les candidatures d'Amazon

Le lancement des nouvelles extensions génériques permettraient alors à des firmes privées de s’approprier des termes qui appartenaient à la communauté des internautes.
Google n’est pas à l’origine du mouvement des bloggeurs, pourra-t-il via le .BLOG exclure d’une quelconque manière ceux qui n’utilisent pas ses services ?

Si cette question ne reste que de la fiction, elle interpelle sur les enjeux de ces nouvelles extensions.

Ainsi à l’heure où toutes les firmes se lancent dans l’informatique dans les nuages, l’entreprise qui remportera le .CLOUD aura sans doute un avantage incomparable par rapport aux autres.

C’est ainsi que 7 entreprises se disputent le contrôle du nuage :
  • Symantec
  • Amazon
  • Aruba s.p.a
  • CloudName AS
  • Top level domains holding
  • Dash Cedar llc
  • Charleston Road Registry (Google)

Du 13 Juin au 12 Aout, toute personne a la possibilité de laisser un commentaire sur le forum prévu à cet effet. Ces commentaires peuvent être adressés au panel d’évaluation des new gtld et seront dans ce cas pris en compte dans le dossier de candidature d’un postulant. Ils peuvent aussi servir à attirer l’attention du grand public sur les problèmes ou les bénéfices que la communauté pourrait retirer de l’ajout d’une des nouvelles extensions.
Néanmoins, il semblerait que ce service soit principalement adressé aux anglophones.

En tant que bureau d’enregistrement accrédité, la société Rapidomaine reste très attentive à toutes les avancées qui entourent le projet des new gtld.
Nous restons persuadés qu’utilisées à bon escient, ces nouvelles extensions génériques viendront améliorer notre expérience du web.
Elles permettront de désengorger les plus anciennes extensions comme le .COM afin que tout le monde puisse obtenir un nom de domaine court et mémorable dans la nouvelle extension de son choix.