Nouvelles extensions génériques: Les candidatures

Depuis l’annonce du lancement des nouvelles extensions génériques ou new gtld, le monde du web est en ébullition. Et pour cause, ces extensions qui représenteront une ville, une marque, un secteur d’activité… pourraient révolutionner notre manière d’utiliser internet.

New gtld

Malgré quelques couacs, l’engouement pour ces nouvelles extensions ne faiblit pas. Selon l’ICANN, il y a eu plus de 1930 candidatures dont 750 candidatures doublons.
Au jour de la révélation, on peut s’intéresser à ces extensions qui viendront s’ajouter au .COM.

Chargement du sommaire…

Les gros candidats

Preuve de leur volonté sans faille de s’inscrire dans l’histoire des news gtld, certaines entreprises ont annoncés leur candidature pour de multiple extensions.

L’entreprise anglaise Top domains level Holding s’est ainsi portée candidate pour 98 nouvelles extensions génériques. A 185000 euros la candidature pour une extension, il fallait être sur de son choix.

Plus étonnants encore, Donuts inc. qui se lance dans la profession de Registre a vraiment misé sur le succès des new gltd avec pas moins de 307 candidatures.

Les attendues

Le 31 mai, l’annonce de la candidature de Google par Vin Cerf chef de l’internet pour la société n’a pas été étonnante. Il est plus intéressant de parler de la stratégie de Google.
L’entreprise a retenu des extensions concernant sa marque, des extensions concernant le monde de l’entreprise, des extensions qui amélioreront l’expérience des internautes et des extensions plus génériques.
Ce jour là, Cerf n’a annoncé la candidature de Google que pour 4 extensions: .GOOGLE, .DOCS, .YOUTUBE, .LOL.

L’annonce de l’ICANN a donc été une surprise. Au final, Google se porte candidat pour 101 nouvelles extensions.

Étonnamment, la société Apple n’a postulé que pour une seule nouvelle extension générique, celle qui correspond à sa marque .APPLE.

De même, Facebook s’est tenu à l’écart des nouvelles extensions. L’entreprise n’a même pas postuler pour un .FACEBOOK.

Les convoitées

Certaines nouvelles extensions génériques ont un potentiel suffisamment fort pour attirer de nombreuses candidatures. Il y a donc plusieurs candidatures qui font doublons. 231 nouvelles extensions ont été demandées par plusieurs candidats.

Il y a par exemple 13 entreprises différentes qui se sont portées candidates pour le .APP.

La situation n’est pas vraiment positive pour le .ECO. Le lancement d’une telle extension aurait beaucoup d’intérêt puisque “eco” renvoie à écologie, un secteur très porteur en ce moment. Mais cette candidature devrait se retrouver bloquée par un nombre de candidats trop élevés et une action judiciaire visant à prévenir sa création. Le .ECO pourrait disparaître dans un imbroglio juridique avant même d’être née.

.eco.PNG

Les insolites

On peut s’interroger sur le sérieux de certains candidatures.
L’entreprise Pool.com a annoncé sa candidature pour l’extension .SUCKS qui est un terme familier qui pourrait se traduire par “ça craint”. Selon le responsable de la société, cette extension pourrait permettre à tous les mécontents du web de se réunir autour d’une même bannière.
Il est fort probable que des entreprises voient d’un très bon œil le fait que leurs marques soient associées à une telle extension.

Surtout que Pool.com n’est pas la seule entreprise à jouer sur ce créneau puisque Donuts Ins a aussi postulé pour l’obtension du .SUCKS

Les françaises

Le 4 Juin , l’AFNIC a annoncé qu’elle était le registre choisi pour encadrer l’activité de 16 des nouvelles extensions en lice.
Il y a la candidature de la ville de Paris, pour le lancement d’un .PARIS. Vous pouvez manifester votre intérêt pour le .PARIS en soutenant cette extension.
Le .BHZ désignera la région de Bretagne.

Point BZH

On peut aussi citer la société Starting dot, que nous avions mentionné dans notre actualité Les principales candidatures à la gestion du .FR.

Certains sociétés ont seulement postulé pour une extension correspondant à leurs marques: SFR, Canal+, AXA

Pour une liste complète des nouvelles extensions, vous pouvez consulter la documentation de l’ICANN