Les principales candidatures à la gestion du .FR

Nous avions déjà abordé le sujet de la gestion du .FR dans notre article Soutenez l’Afnic.

A la fin de la période de dépôt des candidatures trois candidats semblent se détacher du lot.

Chargement du sommaire…

OpenRegistry

OpenRegistry est une société Luxembourgeoise qui fournit des solutions techniques pour la gestion des noms de domaine à de nombreux registre dans le monde. Certains de ces membres fondateurs ont participé à la mise en place du .EU auprès de l’EURid.

C’est par le biais de de sa filiale française OEEIF (Office d’enregistrement des extensions internet françaises) que la société a effectué le dépôt de candidature.

Si on peut louer l’expertise technique du prestataire, il y a pour l’instant peu d’information sur le projet que l’opérateur entend construire pour la gestion du .FR et des 10 autres extensions.

OpenRegistry

FRNIC

Derrière FRNIC, la société française crée le 18 avril 2012, se trouve le groupe l’Illiad et la société Starting dot.

Il n’est presque plus nécessaire de présenter le groupe l’Iliad ou sa filiale la plus connue la société free. Le groupe s’est posé pour objectif de réduire la fracture numérique et d’aider au développement des start-up.

La société Starting dot est un jeune acteur de l’industrie des noms de domaine. Crée en 2011, la société est un futur registre qui s’est portée candidate auprès de l’ICANN pour la gestion de cinq new gtld : .SKI, .IMMO, .Design, .BIO, .ARCHI.
Les nouvelles extensions génériques étant mises en service à partir de 2013, la société Starding dot n’a à ce jour pas eu à gérer des extensions.

FRNIC soutient le nouveau .FR. Son projet qui se veut collectif s’oriente autour de grands axes. Il y a entre autre la promotion du .FR avec l’objectif de doubler en cinq an le nombre d’enregistrement sous cette extension.

le nouveau .fr

L’AFNIC

l’AFNIC est une association non lucrative qui gère le .FR depuis 1998. A ce titre, elle bénéficie d’une qualité primordiale aux yeux des bureaux d’enregistrement et des titulaires de nom de domaine : l’expérience.

Il y aussi les investissements réalisés pour la sécurité notamment par le biais des DNSSEC ou les investissements en infrastructures réalisées dans des zones peu rentables.

Bien qu’avec 32 noms de domaine pour 1000 habitants, le .FR fasse figure de mauvais élève de l’Europe, il faut tout de même signaler que pendant longtemps les conditions d’enregistrement du .FR étaient extrêmement restrictive.
Depuis qu’elles se sont assouplies, le nombre d’enregistrement a augmenté (plus 17% en 2011).

je soutiens l'afnic

Le Choix

Consulter l’appel d’offre auquel ces trois entreprises ont dû répondre, permet de se faire une idée des motivations qui guideront le choix du ministère.

Ainsi selon l’appel d’offre les critères d’appréciation de la candidature seront :

A- Qualité des services offerts par le candidat
B- Ressources humaines, techniques et financières du candidat
C- Procédures de consultation mises en place par le candidat
D- Représentation et influence dans le secteur
E- Prise en compte de l’intérêt général, notamment des principes d’intérêt général définis par le code des postes et des communications électroniques
F- Politique tarifaire et actions pour le développement du domaine « .fr »
G- Sécurité et fiabilité du domaine « .fr »

Le .FR est par nature une extension particulière puisqu’elle représente le territoire de la France dans l’environnement numérique. En plus des capacités techniques des candidats, il ne fait aucun doute que la place de l’intérêt général dans chacun des projets aura un rôle déterminant.

Un autre point qui aura sans doute son importance, la mise en œuvre du transfert si l’AFNIC ne remporte pas l’appel d’offre.

Il y plus de deux millions de noms de domaine en .FR, qu’il faudra faire passer d’un registre à un autre. Ce sera la première fois qu’il y aura une opération d’une telle ampleur en France. On ne peut que s’interroger sur sa mise en œuvre et les risques qui y sont liés notamment pour les titulaires de nom.