L'industrie des noms de domaine au 1er trimestre 2011

Chargement du sommaire…

Depuis 1985, l’industrie des noms de domaine subit une évolution certaine, ponctuée par des changements majeurs. L’opérateur de registre VeriSign, illustre gestionnaire des domaines .COM et .NET , publie en mai 2011, un rapport sur l’état de cette industrie, indicateur clé de performance et de croissance.

Les chiffres clés de l’évolution

Des recherches statistiques et analytiques importantes la confortent : plus de 209,8 millions de noms de domaine de premier niveau TLDs (.COM , .NET et .ORG ) au 1er trimestre 2011. Soit +2,2% par rapport au trimestre dernier (+4,5 millions). On note +7,9% pour les inscriptions par rapport à 2010 (15,3 millions).

statistiques sur le nombre total de noms de domaine.JPG

La base des ccTLDs (.FR , .BE…) comptabilise 81,7 millions de noms de domaines nationaux de premier niveau, avec une hausse trimestrielle de 2,1% (+1,6 millions) et annuelle de 5,1% (+4 millions).

La croissance globale des .COM et .NET traduit 108 millions de noms de domaine, avec 8,3 millions nouvelles inscriptions (+9,2% de hausse annuelle).

Comparé au 4e trimestre 2010, le top TLDs a changé avec le léger recul des extensions .ORG et .CN

Achat de noms de domaine .COM/.NET : la dynamique

Au 1er trimestre 2011, le taux de renouvellement des domaines .COM”:http://www.rapidomaine.fr/nom-de-domaine-com et .NET était de 73,8%, soit +1,5% par rapport au 4e trimestre 2010 (72,7%). Un taux variant d’un trimestre à l’autre, en fonction des noms de domaines expirés et de la contribution des registrar.

Taux de renouvellement des noms de domaine en .COM et .NET

VeriSign estime à 88% les domaines .COM et .NET rattachés à des sites Web opérationnels, plus aptes au renouvellement.

Nom de domaine rattaché à un site web

La charge journalière moyenne des requêtes des domaines (DNS) monte à 57 milliards, avec un pic de 67 milliards (soit +6% par rapport à 2010). Une demande croissante qui traduit une forte utilisation d’Internet à l’échelle mondiale. De plus, les attaques DDoS (par déni de service distribué) sont de plus en plus élaborées pour nuire à l’infrastructure Internet.

Face à cela, le projet Apollo veut porter à 4 quadrillions les requêtes journalières d’ici 2020 (4 trillions x 1000).

Le succès des nouveaux TLDs menacé

Les cyber-menaces s’intensifient avec l’expansion du DNS et l’excitation autour des domaines génériques gTLDs. L’infrastructure DNS étant au cœur de la communication Internet, sa compromission fragilise l’équilibre entier du système.

Les attaques des cyber-criminels et des cyber-terroristes parrainés par l’État, sur les TLDs nationaux, peuvent paralyser les nations.Avec une charge destructive très forte, la fréquence des attaques DDoS a augmenté durant la dernière décennie. Des codes malveillants rendent possibles ces attaques insidieuses. Pire encore, les domaines TLDs resteront toujours les cibles potentielles des cyber-attaques dangereuses, nuisant à des millions de sites Internet et des centaines de millions d’internautes.

Selon l’Arbor Networks Worldwide Infrastructure Security Report VI, l’infrastructure Internet constate 100 Gbps d’attaques DDoS en 2010, contre 10 Gbps en 2005. Selon les recherches sur les DDoS engagées par Verisign en mars 2011, 75% des décideurs informatiques travaillant pour des compagnies sans solutions d’atténuation DDoS, planifient d’en mettre en œuvre dans les 12 prochains mois.Les différents opérateurs TLDs cherchent ainsi à satisfaire les registraires, les inscrits et les consommateurs.

Les fondements de la sécurité de l’information

La confidentialité, l’intégrité et la disponibilité sont les trois piliers de la sécurité de l’information.

L’intégrité reste essentielle à la fiabilité et au bon fonctionnement du DNS. Avec le déploiement mondial du DNSSEC (Domain Name System Security Extensions), à la racine du serveur, les attaques diminuent significativement.

La disponibilité doit perdurer. Lorsqu’un réseau ou TLD devient indisponible, même une seconde, aucune requête n’est reçue. Selon un sondage, 87% des sondés estiment la protection contre les attaques DDoS nécessaire pour maintenir la disponibilité.
Les opérateurs de TLD cherchent à développer leur capacité à contrer les attaques avant qu’elles n’atteignent les réseaux par le « sur-approvisionnement » ou la bande passante additionnelle. Une insuffisance des dispositifs de sécurité qui nécessite l’intervention d’experts.

Les services de protection DDoS de Verisign, basés sur le cloud, tentent d’aider les opérateurs de réseaux à défendre leurs infrastructures DNS par la détection et le filtrage du trafic malveillant.

Face à un marché émergeant, un partenariat technique solide et une excellente connaissance des menaces se révèlent indispensables pour la réussite et la stabilité des réseaux et des domaines.