L'industrie des noms de domaine au 4ème trimestre 2010

L’expansion fulgurante d’Internet a précipité la croissance de l’industrie des noms de domaine. Un constat conforté en février 2011 par l’opérateur de registre VeriSign, gestionnaire des domaines .COM et .NET

Nouvelles tendances dévoilées à l’achat de noms de domaine avec l’apparition d’extensions nouvelles. Au quatrième trimestre 2010, plus de 205,3 millions de noms de domaine ont été enregistrés au premier niveau (TLDs): .COM , .NET et .ORG , +1,7% (3,5 millions) par rapport au 3e trimestre 2010.

Nombre des enregistrement total des noms de domaine en février 2011

Les extensions .COM et .NET restent leaders à l’achat de domaines, cumulant 105,2 millions d’enregistrements (+7,6 millions, soit +1,6% par rapport au troisième trimestre).
Le Top 10 des domaines TLDs annonçait un léger récul pour le .UK (5e rang), dernière le .COM , .DE, .NET et .ORG et suivi par .INFO , .CN, .NL, .EU et .RU.

Au même moment, cette croissance s’accélère pour les domaines nationaux de premier niveau (ccTLDs) : .FR , .BE…, avec 80,1 millions enregistrements (+0,9 millions, soit +1,1%).

Plus de 240 extensions ccTLDs existent. Le Top 10 représente 61% des enregistrements. Dans le Top 20 des ccTLDs, les domaines .PL (Pologne), .AU (Australie), .CA (Canada) et .CH (Suisse) augmentent de 4% au trimestre. Le quatuor (.PL, .AU, .RU et .USA) s’illustre avec une croissance de 20% à l’année.

L’achat de noms de domaine est particulièrement marqué par la dynamique entraînante des extensions .COM et .NET , dévoilant un taux de renouvellement de 72,7% au quatrième trimestre (-0,1%). Un taux variable selon le domaine expiré et le bureau d’enregistrement dédié.

Taux de renouvellement des noms de domaines en février 2011

Naturellement, un nom de domaine rattaché à un site Web fonctionnel est plus facilement renouvelable. VeriSign estime que 88% des domaines .COM et .NET sont rattachés à des sites opérationnels.

Quel est le pourcentage de noms domaines qui sont rattachés à des sites actifs?

Une telle expansion conduit à la hausse de la charge journalière moyenne de requêtes des domaines (DNS), avec 61 milliards pour VeriSign (un pic de 72 milliards), soit +17% par rapport à 2009. Une conséquence due au fort trafic (utilisation mondiale d’Internet) et aux attaques par déni de service distribué (DDoS), de plus en plus nivelées contre l’infrastructure Internet.

Il est urgent de satisfaire cette demande croissante. Le projet Apollo vise la multiplication de la capacité actuelle (4 trillions de requêtes) par 1000 pour gérer 4 quadrillions de requêtes par jour en 2020. Ainsi, avant la fin de 2011, le système d’adressage d’Internet pourrait subir deux changements importants.

La Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet ( ICANN ) finalise son plan de lancement des domaines génériques de premier niveau (gTLDs) et s’apprête à examiner les demandes en été. L’objectif ? Dévoiler un choix colossal de domaines (.SHOP, .LONDON…) dans divers registres (géographique, grand public…).

Les fournisseurs d’accès Internet et de contenus, les opérateurs de services s’affairent au déploiement de la version 6 du protocole Internet (IPv6), remplaçant la version 4 (IPv4) publiée en 1998 et dont le 32-bit d’adressage et les 4,3 milliards d’adresses ne suffisent plus pour l’expansion d’Internet. Cela requiert une préparation préalable pour une coexistence transitoire des deux protocoles.

D’ailleurs, l’allocation de la dernière adresse IPv4 en février (IANA) a précipité le processus. Un changement inévitable et nécessaire pour la poursuite de la croissance mondiale d’Internet.

Avec le 128-bit d’adressage du IPv6, 2128 adresses, soient 340 trillons de trillions de trillions d’adresses allouées. Un projet pour lequel les parties prenantes sont contraintes de développer les capacités d’accueil de l’infrastructure Internet pour l’IPv6.

VeriSign s’y est investi à grande échelle afin de faire de 2011 une année historique pour la stabilité, la sécurité et l’expansion d’Internet.