Hotline non surtaxée : 01 40 74 35 84 Satisfait ou remboursé sous 30 jours

L'actualité des nouvelles extensions génériques Classé dans nom de domaine

Depuis l’annonce en 2011 du lancement de nouvelles extensions génériques, l’industrie des noms de domaine est en effervescence. Et pour cause, certains voient dans ces nouvelles extensions la plus grande révolution du système de nommage depuis la création du .COM en 1985.

Les nouvelles extensions génériques sont donc des extensions accordées à une entreprise ou à une association. Il y aura donc très bientôt des noms de domaine en .marque ou .ville… Le but est d’ouvrir le paysage des noms de domaine et de désengorger les plus importantes extensions.
Notre actualité sur les nouvelles extensions de noms de domaine, traitaient déjà de la question et notamment des conditions d’applications.

Avec la clôture proche de la période de dépôt des candidatures, il est désormais possible de résumer la situation des nouvelles extensions génériques en quelques chiffres clés.
Il y a environ 215 millions noms de domaine enregistrés dans le monde. Ces noms de domaine sont répartis entre 22 extensions génériques et 250 extensions territoriales.
Le dépôt d’une nouvelle extension coute environ 185 000$ (soit près de 145 000€). Il y a eu près de 2091 applications pour ces nouvelles extensions, ce qui a généré un revenu en frais de dépôt de 350 millions de dollar à l’ICANN.
L’ICANN devrait prendre entre 9 et 20 mois avant de rendre une décision finale sur les nouvelles extensions qui viendront redéfinir le web.

Chronologie des nouvelles extensions génériques
Chronologies des nouvelles extensions génériques

Mais le lancement des nouvelles extensions ne se fait pas sans contestation. Les entreprises et certains acteurs du droit regardent le processus avec beaucoup de méfiance. En effet, le dépôt des nouvelles extensions peut poser un problème par rapport au droit antérieur, notamment le droit des marques.
Le lancement du programme sur les nouvelles extensions est considéré comme une vente forcée. Il y aurait une forme d’obligation à adopter une nouvelle extension afin de protéger son idée ou sa marque contre des concurrents.

La faille de sécurité de l’ICANN du 12 avril 2012, n’est pas pour rassurer les plus rétifs.
Le TAS (le système d’application pour les nouvelles extensions), est le moyen utilisé pour recueillir les différentes candidatures. Une défaillance du TAS a permis à une cinquantaine de déposants d’avoir accès aux informations d’autres postulants. Cette défaillance aurait pu permettre à un candidat de postuler pour la même extension qu’un autre en se servant des informations de ce dernier pour améliorer son dossier.
L’ICANN a rapidement agi en publiant pas moins de 12 communiqués sur le sujet. Afin de s’assurer que personne ne souffre de cette défaillance, elle a allongé la période de dépôt. Mais cet incident a remis en question la fiabilité du système.
La phase de dépôt des candidatures qui étaient prévues du 12 janvier au 12 avril a été suspendu le 12 pour ne reprendre que le 22 mai.
Les candidats auront jusqu’au 30 mai minuit pour effectuer le dépôt de leur dossier.

Les nouvelles extensions concernent des sujets divers tels que la géographie, le style de vie, le milieu associatif…
Il est nécessaire de mettre en avant les villes et régions françaises qui se sont lancées dans l’aventure des nouvelles extensions. Parmi les nouvelles extensions génériques sont prévues entre autre, .paris, .toulouse, .corsica, .bhz (pour la culture et la langue bretonne).


Notez cette page


Naviguer par tag




Édito rédigé par l'équipe de Rapidomaine.fr
Assistance wow service

Lundi-vendredi: 8h-20h
Samedi: 8h-midi

Hotline: 01 40 74 35 84

Ouvrir un ticket

Modes de paiement acceptés : chèque, cartes bancaires Achat nom de domaine sécurisé Acheter un nom de domaine avec paypal Transactions sécurisées par Banque populaire